La génomique

Fruit de 20 années de travail ayant impliqué plus de 100 scientifiques issus de 20 pays différents, le séquençage du génome équin a été découvert en 2007.
Les découvertes et outils technologiques qui en découlent trouvent  aujourd’hui de multiples applications possible dans la filière équine ; qu’il s’agisse du dépistage de maladies génétiques, de définir des croisements favorables à l’amélioration génétique de la population, de l’identification d’aptitude sportive à la gestion de l’entraînement.

L'ADN

L'acide désoxyribonucléique (ADN) est une molécule, présente dans toutes les cellules vivantes. Elle renferme l'ensemble des informations nécessaires au développement et au fonctionnement d'un organisme.

La structure standard de l'ADN est une double-hélice droite, composée de deux brins complémentaires. Chaque brin d'ADN est constitué d'un enchaînement de nucléotides, eux-mêmes composés d’un enchaînement de quatre types d’acides aminés appelées nucléotides: l’adénine (A), la guanine (G), la cytosine (C) et la thymine (T). Comme les  lettres forment les mots, les nucléotides forment les gènes.
L'information génétique est inscrite dans l'ordre dans lequel s'enchaînent les quatre nucléotides. C’est le code génétique

SA FONCTION

L'ADN détermine la synthèse des protéines, sa fonction principale est de stocker l'information génétique, information qui détermine le développement et le fonctionnement d'un organisme. Cette information est contenue dans l'enchaînement non-aléatoire de nucléotides qui forme les gènes.

Une autre fonction essentielle de l'ADN est la transmission de cette information de génération en génération. Les gènes transmis lors de la reproduction, de manière intégrale ou non, porte donc l'information génétique et constitue le génome des êtres vivants.

L'ADN est le support de l'information génétique mais aussi le support de ses variations. En subissant les effets de la sélection naturelle, l'ADN permet l'évolution biologique des espèces.

Avant chaque division cellulaire, la molécule d'ADN double-brin doit être dupliquée en deux molécules d'ADN filles identiques. Cela assure la transmission de l'information génétique lors de la reproduction, c'est l'hérédité.
Chacune de ces nouvelles molécules hérite d'un brin de la molécule d'ADN initiale ou « mère »; l'autre brin est synthétisé à partir de nucléotides libres. Les nouveaux nucléotides se placent par complémentarité A-T et C-G, de manière à reconstituer à l'identique le brin manquant.
Malgré les liaisons fortes et la complémentarité des bases azotées qui assurent la stabilité de l'information génétique au cours des réplications, la séquence d'un ADN peut se modifier. Si la modification se fait sur un ou quelques nucléotides il est question de mutation. Celles-ci sont spontanées. Les mutations peuvent être aussi favorisées ou induites par certains agents de l'environnement, appelés facteurs mutagènes (radioactivité, ultra-violet….).

L'information portée par l'ADN peut se modifier au cours du temps. Cela aboutit à une diversité des individus et à une évolution possible des espèces. Cela est dû à des mutations dues principalement à des erreurs lors de la réplication des séquences de l'ADN (ajout, délétion ou substitution de nucléotides), ou bien à des recombinaisons génétiques.

L’HÉRÉDITÉ

L’hérédité c'est la transmission de l'information génétique lors de la reproduction.
Les gènes d’un individu sont issus à 50% de chacun de ses parents, 25% de chacun de ses grand- parents et ainsi de suite…en 5ème génération la part de chacun de ses descendants n’est donc présente qu’à hauteur de 3.125% !

Si l’étude des lignées a une très grande importance dans le choix des croisements, les références principales doivent rester autour des plus proches ascendants.